BICHON Bernard

Nom de guerre :

Brahim

 

Nom : BICHON

Prénoms : Bernard Raymond Louis

Né le : 6 octobre 1922

à : La Chapelle-Fortin

Département : Eure et loir

Domicilié en Eure et loir il deviendra comptable après la Libération, sera marié et père de plusieurs enfants.

 

Son nom de guerre , « BRAHIM » provient du fait qu’étant chasseur alpin depuis le 3 février 1942 comme engagé volontaire pour 3 ans au 25° B.C.A. Bataillon Chasseurs Alpins à Hyères, affecté à la 4° Compagnie il a choisi ce nom qui est celui de la chanson des chasseurs alpins.

Le 27 novembre 1942   démobilisation et renvoyé dans ses foyers

Le 15 février 1943  il est convoqué par Deutsche Werbestelle – Office de placement Allemand à Dreux – Bd louis-Terrier. C’est l’application des mesures de réquisitions antérieures au STO

Sur les conseils du gendarme ROUSSEL de la brigade de la Ferté Vidame, Bernard BICHON rejoint la zone libre chez son oncle  DIEUMEGARD de Février 1943 à Juillet 1944.

Il est tenté par un départ en Angleterre avec deux amis mais le projet ne se fera pas.

Il décide donc de revenir vers ses deux frères Maurice et Marcel, cultivateurs à la Chapelle Fortin.

Du 30 Juillet 1944 au 20 Août 1944 : revenu dans la région de son enfance il intègre les  opérations militaires F.F.I. au maquis de la Ferté Vidame (Eure et Loir) en tant que chef de groupe sous le nom de guerre « BRAHIM ».

Sur la photo, Brahim tient dans ses bras KIKI la jeune renarde qui est la mascotte des maquisards. Elle sera sauvée d’une attaque allemande sur le maquis le 10 août 1944 par l’intervention de Simone Bichon, sa belle sœur,  qui viendra la détacher de son piquet alors que les balles allemandes sifflent autour d’elle.

Le chef du maquis, constitué depuis février, lui donne le commandement d’un des 4 groupes de résistants. Son secteur géographique est constitué par l’axe La Ferté Vidame-Marchainville. Selon cette organisation, toute attaque,repérage ou planque  dépendra de Brahim des deux cotés de cet axe.

Ceci n’empèche pas des regroupements plus importants de maquisards si il y a nécessité d’une attaque d’envergure.

 

 

Dernière adresse : 88 rue des castors – Lucé – 28250

Décédé le : 28 février 2013

A Chartres

 

  • Carrière militaire :
  • Du 20 août 1944 au 15 Septembre 1944 : Au Bataillon de marche d’Eure et Loir, comme Chef de groupe, (Certificat d’appartenance aux F.F.I. du 01/08/1944 au 20/08/1944, n°5145 du 09/11/1949).
  • Le 01 septembre 1944 : Incorporé au Bataillon d’Eure et Loir stationné à Dreux, au grade de Sergent.
  • Le 6 octobre 1944 : Rappelé par la Subdivision de Chartres, le 6 octobre 1944 – à compter du 1° Septembre 1944 (régulation présence volontaire au maquis de la Ferté Vidame, dépendant du Commandement Militaire F.F.I. de Dreux).
  • Le 1° novembre 1944 : Nommé au grade de Sergent Chef à titre fictif F.F.I.
  • Le 15 novembre 1944 : Le Bataillon d’Eure et Loir devient Bataillon de sécurité 1/5, stationné à Bourges, puis 3° Bataillon du 131° Régiment d’Infanterie .
  • Le 08 décembre 1944 : Affecté à la 14° Compagnie
  • A compter du 15 février 1945 : En Opérations sur le front de l’Atlantique dans les unités suivantes
    • Du 15/02/1945 au 24/03/1945 : 131° R.I. ; Eléments non endivisionnés
    • Du 24/03/1945 au 25/04/1945 : 131° R.I. ; Division Gironde
    • Du 25/04/1945 au 08/05/1945 : 131° R.I. ; Division Marchand
  • (BO des forces armées, secrétariat d’état à la guerre du 07/10/1946 – n° 10310/EM/30, liste des unités combattantes).
  • Le 1° juin 1945 : Notification au grade de sergent-chef par le détachement d’armée de l’Atlantique (Note ministérielle n° 1426/CAB/Mil du 23/05/1945) au titre de l’armée de réserve.
  • Le 11août 1945 : Intégré avec le même grade dans l’active (décision n° 2810 c/d).
  • Le 22 août 1945 : Nommé Sergent Major à compter du 1° juillet 1945 (ordre du régiment n°63 – décision n° 2690 C/D).
  • Le 1° Septembre 1945 : Muté au 2° Bataillon du 131°R.I., 9° Compagnie.
  • Le 1° Octobre 1945 : Détaché à Metz au Centre d’organisation d’Infanterie 121, pour y suivre le peloton préparatoire à l’Ecole Militaire Inter armes de Coetquidan.
  • Le 10 octobre 1945 : Rengagé pour 1 an, à METZ, au titre du 131° Régiment d’Infanterie, à compter du 03 février 1945.
  • Le 20 Octobre 1945 : muté à la 2° Division Blindée, rejoint l’unité en fin de stage au COI 121.
  • Le 20 décembre 1945 : Affectation au 3° Bataillon du Régiment de marche du TCHAD (C.H.R.)
  • Le Février 1946 : Démobilisé en fin de contrat.
  • Du 18 Octobre 1948 au 13 Novembre 1948 : Effectue un stage volontaire à l’Ecole Spéciale Militaire Inter-Armes de COETQUIDAN . Obtient le brevet de Chef de section (Brevet général).
  • Le 1° décembre 1949 : Promu au grade de sous-Lieutenant de réserve, par décret en date du 06 janvier 1950journal officiel du 10 janvier 1950, avec prise de rang du 1° décembre 1949.
  • Du 19 août 1952 au 29 août 1952 : A accompli une période d’exercices au cours de la mobilisation verticale d’un Bataillon de Protection du CM 101 (73).
  • Le 21 Novembre 1953 : Promu au grade de Lieutenant de réserve, pour prendre rang au 21 Novembre 1953, par décret du 20 Mars 1954 (journal officiel du 26Mars 1954).
  • Du 04 Avril 1957 au 13 Avril 1957 : Suit le stage d’instruction des cadres des Bataillons d’intervention, à St MAIXENT.
  • Du 09 juin 1958 au 28 juin 1958 : Effectue un stage d’avancement à L’ EAI .
  • Du 23 Septembre 1958 au 25 Septembre 1958 : Période d’exercice au GS de CHARTRES.
  • Du 28 Mai 1959 au 30 Mai 1959 : Convoqué au CI/3° RIM à RUEIL MALMAISON.
  • Le 1° Octobre 1959 : Promu au grade de Capitaine de réserve par décret du 19/01/1960 (JO du 24/01/1960 p. 793).
  • Du 15 au 21 Juillet 1962 : Accomplit une période d’instruction obligatoire de 7 jours, à la 1° Légion bis de Gendarmerie (Groupement d’Eure et Loir).
  • Le 31 Décembre 1967 : Rayé des cadres à sa demande par décision du 01/02/1968 prise en application de L’article 28 de la loi 56-1221 du 01/12/1956 modifiée par décret 67-393 du 28/04/1967 – JO du 18/05/67

Admis à l’honorariat de son grade.  

A la création de l’Amicale des anciens du Premier Bataillon de marche d’Eure et loir, Bernard Bichon occupe le poste de trésorier de l’association jusqu’à la dissolution.

Le contact avec la famille est-il possible ? OUI
Le CEDREL dispose-t-il d'un dossier plus complet ? OUI
© CEDREL 2021
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram