DIVERS Jules

Il est né le 14 février 1901 à Baulet (Belgique).
Jules Divers est un citoyen belge de 40 ans lorsque la guerre éclate en 1939. Il souhaite s’engager dans l’armée française et est soumis à des difficultés.
En 14-18 sa famille est très éprouvée avec son père gravement blessé et 4 de ses cousins massacrés à Tamines. Il en résulte une haine farouche des “boches” qu’il veut concrétiser par un engagement militaire.
Mais l’armée le refuse le 4 septembre 39 du fait de son age et de sa famille car il a trois enfants.
Il récidive le 4 février 40 et essuie un nouveau refus avant d’être appelé le 10 mai 40.
Mais la guerre se termine et il se retrouve à Paris dans un poste de gardien de poudrerie.
Durant l’exode, il coupe les fils téléphoniques d’un poste contrôlé par les Allemands et permet à 4 soldats français de s’équiper en civil pour éviter le statut de prisonniers de guerre. Quelques uns l’accompagnent à son domicile en Eure et Loir où, dès son retour, il va à Achères pour récupérer des fusils laissés là par les soldats français et se presse de les cacher : 6 mousquetons, 4 Lebels et une mitraillette allemande. Il réunit des amis qui se retrouvent à 10 hommes prêts à agir et armés dès l’été 1940.
Il passe à l’action de suite avec l’évasion vers la zone non occupée de trente soldats français prisonniers des Allemands et qui étaient groupés dans sa région.

Ce groupe prendra le nom de Secteur Nord de Chartres et regroupera 450 hommes avant la Libération en 1944.

En 1941, Jules Divers conçoit une organisation de résistance fondée sur un découpage géographique de sa future activité. Dans les plaines du Thymerais au nord de Chartres il n’est pas question de maquis car il n’y a pas de forêts assez denses.
Le secteur est délimité alors par un triangle formé par les axes de chemins de fer de Chartres-Dreux, Dreux-Maintenon, Maintenon -Chartres et toutes les routes incluses dans ce périmètre.
Il a dans l’idée de créer plusieurs sous groupes répartis sur cette zone et doit trouver des troupes.

A partir de 1942, il recrute Quemin, les frères Hamelin, Confais, Bonnin, Legrand Hébert et Chareau tout en organisant l’accueil de plus de 350 réfractaires et recherchés dont les trois quarts partiront sans s’engager plus avant. Mais avec le quart restant il commence à structurer ses sous-groupes qui sont, chacun, dirigés par un officier ou un sous-officier. Une zone géographique précise comprenant des communes voisines est attribuée à chaque sous groupe.

En 1943, ce sont les premiers parachutages d’armes sur le département et le terrain ANE est homologué par Londres à Clévilliers proche du PC de Divers situé aux Chaises.
Une partie du matériel militaire est attribuée au Secteur Nord et stockée dans les anciennes chaudières désaffectées de la distillerie de betteraves que dirige Jules Divers.
C’est son fils Jean qui est chargé du stock car il est le seul, au vu de sa taille, à pouvoir pénétrer dans la chaudière par une étroite trappe de visite donnant accès aux armes et explosifs.

Les sabotages commencent : percement du plancher des wagons transportant le grain en Allemagne, détournement de panneaux routiers et surtout de nombreux explosifs poséssur les routes qui font crever les pneus (les “crottins”) et ralentir ou bloquer les convois allemands. Un magasin de fourrage est incendié par Fermine et Gauthier tandis que des wagons sont sabotés par du mâchefer mis dans les graisseurs des roues.

Les attaques vont se multiplier en 1944 et le Secteur Nord sera sollicité pour renforcer deux maquis à Saulnières (groupe Chesneau) et à Bourg l’Abbé soit 200 hommes qui sont mutés vers ces maquis.

Jules Divers participe directement à l’action militaire comme à la gare de Chartres où,déguisé en cheminot, il introduit des explosifs dans le central téléphonique qui saute faisant une victime allemande.
Son groupe devient sans conteste le plus important du département et celui qui en retire le plus grand bilan militaire: nombre de tués allemands, matériels récupérés dont 3 chars, colonne SS bloquée 24 heures, etc…

Le Secteur Nord participe à la libération de Chartres en attaquant à Amilly et à Bailleau des forces supérieures en nombre et ce aux cotés des Américains.

Après la libération, Jules Divers s’engage dans l’Armée Nouvelle pour la durée de la guerre. Il est affecté au 2ème bataillon d’Eure et Loir transformé en 95ème régiment d’infanterie, troisième section et dirige une compagnie de sécurité à la demande du commandant Delort.

Puis il est envoyé à Orléans à l’école d’infanterie et ensuite à Bourges au Centre d’organisation de l’Artillerie qui correspond à sa formation militaire.
Le 28 mai 1945 la hiérarchie militaire s’aperçoit qu’il a la nationalité belge et lui retire le grade de capitaine conquis dans la résistance.

Il est démobilisé le 1er juin 1945 avec une lettre du Général Delmas qui ne tient pas compte de son engagement patriotique pendant 5 ans et malgré la citation reçue à l’ordre de la région le 12 novembre 1944 qui le définit comme “un des plus anciens et des plus courageux combattants de la résistance”.

Le contact avec la famille est-il possible ? OUI
Le CEDREL dispose-t-il d'un dossier plus complet ? OUI
© CEDREL 2021
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram