Le groupe des Chaises à Clévilliers

Photo : La Distillerie des Chaises à Clévilliers

Ce groupe de résistants est un cas à part dans le paysage clandestin de l’Occupation.

Fondé par Jules Divers, d’origine belge, il comprend des caractéristiques spécifiques particulièrement adaptées à la fois à la période et à la géographie des lieux sur lesquels il exerce une pression puissante contre l’ennemi allemand.

Ce groupe est créé dès 1940 sous le nom de “Secteur Nord” et n’est affilié à aucune organisation nationale de résistance même si les contacts avec Libération Nord et le commandant départemental Sinclair (Maurice Clavel) sont fréquents et partagent ainsi la logistique.

Il repose sur 41 communes regroupées en 7 zones géographiques sur lesquelles a été nommé un officier ou un sous officier. Chacun dispose de 15 à 50 hommes selon les zones ce qui porte le total des résistants à environ 450 hommes en poste le jour du débarquement.

En cela, il constitue l’un des deux plus importants avec celui des FTP de Beauce-Sud de toute l’Eure et Loir.

Jules Divers sera très soucieux de son indépendance vis à vis des autres groupes et maquis ce qui, très probablement, le mettra à l’abri des tentatives d’infiltration allemande et des risques de trahison. Ainsi, il refusera tout net d’entrer en relation avec Roland Farjon sur la demande de Sinclair et de coordonner son activité avec un officier qu’il ne connait pas.

Carte originale du réseau, dessinée par Jules Divers

La zone d’activité de ce groupe s’étend de Maintenon à Châteauneuf en Thymerais le long d’une route( baptisée “la route à Jules” par les résistants) pour l’axe Est-Ouest et du sud de Dreux au nord de Chartres pour l’axe Nord-Sud.

C’est donc au centre du département que le groupe des Chaises va s’illustrer en agissant sur les deux voies principales qui traversent l’Eure et Loir et qui sont très fréquentées par les convois allemands.

LES GROUPES DE COMBATTANTS

Tous ces résistants sont combattants et exercent parfois des missions d’agents de liaison, de renseignements ou de récupération d’aviateurs, franchissant parfois les lignes de sécurité imposées par l’action clandestine. (Voir, à ce sujet, la rubrique récupérations d’aviateurs dans Les Lieux symboliques et surtout dans la rubrique Conférences dans Interventions avec celle du 21 janvier 2023 sur l’infiltration des réseaux.)

Au groupe des Chaises, on ne relève pas de noms de guerre pour les résistants, c’est une tradition qui n’est pas de mise. Pourtant, chacun est titulaire de sa vraie carte d’identité et est connu dans son village où il exerce sa profession civile à la ferme ou dans un commerce ou une administration locale. On s’appelle par son vrai nom et on est en règle avec les autorités françaises ou allemandes mis à part les jeunes réfractaires au STO qui sont souvent exfiltrés dans d’autres villages ou d’autres région par sécurité pour eux et leurs familles qui subissent les enquêtes et les contrôles policiers.

Le modèle d’organisation de chaque sous-groupe est de nature militaire:

  • – un quartier général avec poste de commandement d’une trentaine d’hommes et femmes autour du chef Jules Divers.
  • – 6 sous-groupes sous le commandement de 6 officiers ayant une expérience militaire sur une zone géographique déterminée à l’avance.
  • – à l’intérieur de chaque sous groupe on retrouve, mais pas toujours, des grades : lieutenant, caporal, aspirant, etc… qui détermine une hiérarchie entre les résistants.

Liste des sous-groupes et leurs activités ( 250 hommes affectés dans les sections et 200 hommes détachés sur d’autres maquis.) :

Section de commandement : chef, Jules Divers sur les communes de Clévilliers,Theuvy-Achères, Challet, S Germain la Gatine, Ecublé et 34 hommes et femmes. Cette section organise la résistance sur tous le périmètre des Chaises avec stockage des armes à la distillerie de betteraves travaillant pour les Allemands et dont le directeur est le chef du groupe des Chaises.

Outre les contacts entre les sous-groupes et l’approvisionnement en armes, la section participe aux parachutages et à l’action militaire.

Section sous-lieutenant Etienne Legrand sur les communes de Berchères la Maingot, Poisvilliers, Lèves, St Piat, St Prest et 50 hommes.

Section des frères Hamelin sous-lieutenants sur 10 communes : Serazereux, Bouglainval, Maintenon, Ormoy, Chandelles, Lormaye, Coulombs Villiers le Morhier, Nogent le Roi et 23 hommes. Une sous-section est organisée à Maintenon (chef Fermine) et à Nogent le Roi (Chef Vallet Maurice) . Cette section sera démembrée en juin 44 par envoi des hommes renforcer les maquis de Bourg-l’Abbé et Saulnières.

Section du sous-lieutenant Maurice Hébert sur les communes de Gironville, Tremblay le Vicomte, Boullaye-Mivoie, Marville-Moutiers-Brûlé et 15 hommes.

Section du lieutenant Bonnin sur 6 communes : Boullay les deux églises, Chêne Chenu, Aunay/Crécy, Tréon, St Sauveur-Levasville, Marville les bois, et 21 hommes.

Section du lieutenant Georges Charreau (mort à l’ennemi) puis Adjudant Lasne sur 6 communes : Fresnay le Gilmert, Verigny, Briconville, Bailleau l’Evèque, Dangers, Mittainvilliers et 24 hommes.

Section du sous-lieutenant Charles Bazille sur 5 communes : Châteauneuf en Thymerais, Sainte Maixme Hauterive, Ardelles, St Jean de Rebervilliers et 42 hommes.

© CEDREL 2023
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram