JOURDAIN Fernand

Nom de guerre :

Clarck

Il est né le 20 septembre 1922 à Vannes, dans les locaux de la gendarmerie. C’est le 4ème enfant de la famille.
Il est mécanicien à Vannes quand débute la seconde guerre mondiale. Trop jeune pour être mobilisé et titulaire du permis de conduire à 17 ans, il va s’engager volontaire dans l’armée d’armistice le 8 mai 1942 dans le 3ème régiment de dragons à Aytré.
Mais il n’accepte pas la défaite et souhaite mobiliser ses collègues en diffusant de la propagande gaulliste. Il est arrêté et emprisonné puis exclu de l’armée le 1er mars 1943.

Rattrapé par les directives sur le STO, il part se réfugier et se cacher en Eure et Loir dans la région de la Ferté Vidame où il a des attaches familiales chez les Bichon.

Ce breton de la région de Vannes ne peut rentrer chez lui car il est devenu réfractaire au STO.
Il se retrouve à la Ferté Vidame et rejoint le maquis en formation en fin 43-début 1944 sous le nom de Clarck.
Les premières actions engagées par Jourdain ont symboliques : détournement des panneaux routiers avec les frères Lefevre.

Au maquis, on lui confie la direction d’un groupe qui opère sur l’axe routier La Ferté Vidame-Brezolles avec le grade de sergent-chef. Ils sont d’abord logés à la maison forestière Javeline à l’arrière du parc Citroën en pleine forêt, puis répartis en différents lieux (bois, granges).

Le groupe comprend des jeunes réfractaires issus le plus souvent des lieux-dits et villages bordant cet axe :
Jacques Baude (Donald)
Joseph Flochlay (Russ)
Jean Rousseau (Estell)
Marcel Bravo (Mickey)
Gabriel Ménil (Bullit)
Gilbert Virlouvet (Sam)
Joseph Barreau (Tobby)
Marcel Canivet (Willy)
Daniel Guenard (Harry)
Georges Collet (Le Marin)
Fernand Brehan (Bob)
André Geneve ( Peter)
Gaston Le Polotec (Pedro)

Un grand nombre d’action militaires est à mettre à l’actif de ce groupe : attaques de convois isolés, mines sur les routes, récupération de prisonniers allemands, parachutages.

3 hommes du groupe seront pris et fusillés à Morvilliers quelques jours avant la Libération.

Il est présent le 23 aout 44 à Chartres lors du discours de De Gaulle à la grande poste avec beaucoup de maquisards.

La quasi totalité des hommes avec Jourdain à leur tête sera présente lors de la libération de la capitale le 25 août 44.Il fait partie du groupe formé par le régiment de marche nord africain de Paris.

Le 4 septembre il signe un engagement avec l’Armée pour la durée de la guerre et est incorporé le 15 septembre au premier Bataillon de Marche d’Eure et Loir qui devient le 3ème bataillon du 131 éme d’infanterie le 1er novembre 1944.
Il fait la campagne de “nettoyage de Bourges ” et est envoyé avec les résistants d’Eure et Loir engagés comme lui sur les poches de l’Atlantique, région de Marans, Oléron, Royan.

Il y combat et tombe malade dans les marais inondés par les Allemands.
Rétabli il est envoyé à la garde des prisonniers de guerre allemands en Moselle.

Marié en début 1946, il commence une carrière militaire en métropole puis à Madagascar dans la coloniale puis au Sénégal.
Il est démobilisé le 28 février 1958 avec le grade d’adjudant-chef.

Il est décédé le 4 février 1992 à Rennes.

Décorations:
Médaille militaire
Croix de guerre
Croix du combattant volontaire de la résistance et du combattant 39/45

Le contact avec la famille est-il possible ? OUI
Le CEDREL dispose-t-il d'un dossier plus complet ? OUI
© CEDREL 2021
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram