JULLIAN de Scitivaux Ginette

Nom de guerre :

Janistress, Adèle

Elle est née le 8 décembre 1917 à Montpellier.
Avec son fiancé Philippe de Scitivaux, elle rejoint l’Angleterre au début de l’Occupation.
Lui devient pilote au sein des français libres mais son avion est abattu et il est prisonnier en 1942.
Ginette décide de rejoindre les volontaires pour agir en France occupée et se perfectionne en radio-transmission parfois au BCRA, parfois au SOE .

Cette jeune femme a reçu une formation de radio transmission en Angleterre avant d’être parachutée en France occupée dans la nuit du 7 au 8 juin 44 par l’opération Ventriloquist qui largue aussi 12 containers ,5 paquets, 5 colis et 3 personnes avec Ginette : Gérard Dedieu (capitaine Jérome Pierre) , Yvan Gaillard et un autre saboteur. Ils atterrissent chez Philippe de Vomécourt vers St Viatre en Loir et Cher.

Elle détient une fausse carte d’identité au nom de Ginette Jourdain.

Ginette opératrice radio formée en Angleterre par le SOE britannique est dépossédée de son appareil radio émetteur récepteur Mark3 par de Vomécourt et doit en trouver un autre pour communiquer avec LONDRES qui finit par l’affecter avec Dedieu ,instructeur,
dans le secteur autour de l’Eure et Loir.
Elle n’est opérationnelle dans ce département qu’à compter du 11 juillet 44 car elle a dû avec son équipier d’abord rejoindre Amiens et Paris pour son affectation d’origine.
Mais les contacts ayant disparu et avec le poste de radio récupéré par hasard en Seine et Marne elle arrive à Challet en Eure et Loir où le groupe des Chaises la loge chez Berceron, un vieux garçon qui va lui laisser toute la tranquillité nécessaire à sa vraie mission.
Le logeur s’étonne que cette jeune femme qui se prétend fatiguée et au repos, passe des journées entières, et parfois des nuits, à travailler dans sa chambre. De plus, quelques inconnus armés sont dans les parages de la maison : il s’agit des gardes du corps du maquis.
Avec ses quartz qu’elle a conservés lors du prélèvement de son poste d’origine elle possède une liste des codes et des dates de vacation pour émettre (schedule). A chaque émission/réception elle est ainsi assurée que Londres est en ligne pour communiquer.
Ginette passera 67 messages et en recevra 52 ce qui représente un travail considérable
et dangereux pour une période d’un seul mois.

Les opérateurs radio sont ,parmi la totalité des agents envoyés sur le terrain, ceux qui ont la durée de vie la plus courte (entre 3 et 6 mois) avant d’être pris et exécutés.
La goniométrie est très efficace, soit avec des camions pratiquant la triangulation, soit avec un petit avion volant à basse altitude. Plusieurs alertes de ce type seront déclenchées lors d’émissions de Ginette.
Une fois elle ne reconnait pas la “frappe” de son correspondant habituel londonien et elle déménage aussitôt. Le camion gonio est à quelques centaines de mètres.

Pour éviter de se déplacer avec son encombrant poste de radio, les résistants en installent plusieurs dans différents endroits du département. Ginette n’a besoin que de ses quartz pour émettre sur ces postes disséminés comme celui caché dans le tabernacle de l’église St Aignan à Chartres ou un autre au presbytère de Tremblay le vicomte, ou encore dans l’église de Marville les bois.
Tant que l’électricité fonctionne, les émissions peuvent être assurées. Mais avec les nombreuses coupures de juillet-août 44, il faut trouver les moyens d’assurer 25 à 30 ampères-jour à Ginette alors que le système installé sur des vélos n’en fournit que 2. Un autre système genre bouilloire sous pression fait tourner une génératrice pendant 8 à 10 heures pour répondre aux besoins exigés.
Après l’arrestation de Pierre July chef du groupe de Dreux en fin juillet 44, Ginette devient itinérante par sécurité :Fresnay le Gilmert, Berchères la Maingot,Boullay les deux églises, elle se déplace sans cesse tous les 3 ou 4 jours pour éviter le repérage.

Elle devient le contact exclusif des groupes de maquisards et de résistants avec le SOE et le BCRA à Londres. Elle passera quantité de messages pour assurer plus d’une trentaine de parachutages d’armes reçus à partir de la mise en place de cette liaison radio indispensable.

Divorcée depuis 1935, elle se marie avec Philippe de Scitivaux en 1945.

Elle est décédée le 4 août 1962 dans un accident de plongée à Tahiti. Elle avait 44 ans.

Le contact avec la famille est-il possible ? NON
Le CEDREL dispose-t-il d'un dossier plus complet ? NON
© CEDREL 2021
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram