TRIBOIT André

Il est né le 6 décembre 1920 dans une famille nombreuse, il a 5 frères.
Il travaille comme ouvrier agricole chez Daniel Chiffard à la ferme de Ménainville, il s’occupe des chevaux entiers Cotillon et Décidé.
Comme ouvrier agricole ,il n’est pas astreint au STO et restera à Digny durant toute l’occupation.

Lorsque les Allemands arrivent en 40 à la ferme, c’est pour dormir dans la maison mais le patron Chiffard leur prête la grange où ils s’étalent dans les grains.

A la ferme du château, c’est le siège de la résistance locale. Carmen et Maurice Esnault exploitent cette grosse ferme et rassemblent parfois des émissaires de la résistance comme Sinclair et Silvia ou Jérome Pierre qui s’y ravitaillent et y couchent souvent.

André ne fait pas partie des combattants du groupe local mais il a parfois pour mission de détourner les pancartes routières avec son copain Chuillard. Il a été requis deux fois pour participer à un parachutage : celui de Digny et un autre plus au sud
(La Hurie ?).

Lorsque l’avion débouche par nuit de pleine lune au Plessis, une quinzaine de parachutes tombent avec leurs containers de 200 Kg.
Sur place, outre André, Esnault, Chiffard, il y a aussi d’autres gars du pays : 5 u 6 dont Pinsot, Daniel Dont et Chuillard.
Le chargement est placé sur le tombereau et les deux chevaux conduits par André le tirent vers le hangar à Bouchard à 500 m. Les portes sont refermées pour décharger les armes et vers 1 ou 2 heure du matin André ramène la carriole à la ferme de Ménainville.

Le lendemain il faut débarrasser le hangar prêté pour seulement une nuit et Esnault vient avec son camion de maraîcher pour emporter les armes ailleurs. Les containers sont hissés dans un grenier où ils sont toujours.
Mais il faut faire taire une voisine proche du terrain de parachutage et qui pose trop de questions. Le maquis sera convaincant pour cette dame.

A coté de chez André à Bellandas il y avait un gars (Gilbert Pipereau) qui sera tué accidentellement au maquis de Plainville en nettoyant une mitraillette. Personne ne savait qu’il était au maquis. Il est enterré à Digny.

André Triboit est décédé au début de l’été 2020 à l’aube de ses 100 ans.

Le contact avec la famille est-il possible ? NON
Le CEDREL dispose-t-il d'un dossier plus complet ? NON
© CEDREL 2021
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram