VAUVILLIER Raymond et Yvonne

Raymond VAUVILLIER est né à Cormeilles (Val d’Oise) le 15 octobre 1901. son père Jules, installé à Villemomble, était mandataire à la criée de La Villette. Il s’installa à Saint-Piat, rue de la République comme artisan boucher. Il y épousa Yvonne GALLE le 8 novembre 1943.

Madame VAUVILLIER est née à Paris dans le 14ème arrondissement, le 13 octobre 1909, et ses parents étaient domiciliés à Chartainvilliers.

Monsieur et Madame Raymond VAUVILLIER, animés d’un fort sentiment patriotique,
s’engagèrent très rapidement dans la Résistance. Grâce au témoignage de Raymond PICOURT,
pharmacien à Chartres, qui a dirigé un réseau de Résistance, on apprend que le couple
VAUVILLIER a accueilli pendant l’occupation trente-trois aviateurs, notamment James E. FIELD.
Michel BLAISE, ancien chef de gare de Pont-Sous-Gallardon, et auteur de nombreuses recherches historique sur la Résistance locale rappelle que les VAUVILLIER avait recueilli l’aviateur après que l’avion de ce dernier se soit écrasé à Ecrosnes.

Outre l’aide apportée aux alliés, Jean-Jacques FRANCOIS précise dans son ouvrage sur la Résistance en Eure et Loir que “le record des destructions massives appartient à VAUVILLIER et à sa femme” ce qui met en valeur leur patriotisme et l’importance de leurs actions pour libérer notre région du joug allemand.

Le couple VAUVILLIER devint le moteur du groupe de résistance de Saint-Piat du secteur Nord
de l’Eure et Loir rattaché au Mouvement Libération. A l’approche des troupes américaines débarquées sur les cotes normandes le 6 juin 1944, les VAUVILLIER multiplièrent les opérations. C’est ainsi qu’ils piégèrent un convoi allemand en provenance du Front de l’Atlantique. Les dégâts furent considérables et on dénombra 5 morts et de nombreux blessés.

Une autre fois le couple VAUVILLIER fit preuve d’un grand courage et d’une grande audace en faisant exploser deux citernes d’essence en plein après-midi place Drouaise à Chartres, pourtant bien gardée par les soldats allemands. A Saint-Piat, ils piégèrent, route de Chartainvilliers, un autobus parisien occupé par des soldats allemands en déroute.

Le 16 août 1944, Raymond VAUVILLIER et Robert POISSON trouvèrent la mort pendant les combats de la Libération de Saint-Piat, en attaquant des soldats allemands retranchés dans le moulin d’une propriété de Dionval.
Leurs obsèques furent célébrées quelques jours plus tard en l’église de Saint-Piat. Raymond VAUVILLIER fut inhumé au cimetière de Chartainvilliers. Il repose sous une pierre tombale où est gravée une Croix de Lorraine, emblème de la Résistance et de l’Espérance.

A titre posthume, VAUVILLIER sera élevé au grade de Lieutenant FFI.

Le contact avec la famille est-il possible ? NON
Le CEDREL dispose-t-il d'un dossier plus complet ? NON
© CEDREL 2021
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram