VOYER Jacques

Nom de guerre :

Lucien Boyer

Jacques Voyer, né le 27 décembre 1922 à Marseille, est le fils aîné de Jean Voyer,
inspecteur des Postes, et de son épouse Paule Etienne. En juin 1940, la famille Voyer vit à Toulon, d’où est originaire la famille Etienne. Élève au Lycée de Toulon, Jacques fait partie des scouts de France et envisage de se destiner au sacerdoce.

Il ne semble pas que Jacques Voyer ait entendu l’appel du général de Gaulle le 18 juin
mais comme beaucoup d’autres, il pense que c’est en Afrique du nord qu’il faut se rendre.

Le 24 juin 40 il embarque pour Alger mais en cours de route le capitaine du navire le détourne et accoste à Gibraltar. La route continue vers Liverpool où Jacques débarque le 16 juillet avec un camarade.
Ils rejoignent aussitôt Londres pour s’engager dans les Forces Françaises Libres (FFL).

Après différents stages de commandos, il est intégré dans un bataillon de chasseurs et suit un apprentissage pour les transmissions radio.
Il est parachuté au nord de Tarbes pour le compte du BCRA gaulliste le 6 novembre 1941 sous le nom de code Émeraude dans le réseau Mithridate.
Jusqu’au mois de juillet 42, muni d’une fausse carte d’identité au nom de Lucien Boyer, il transmet quantités d’informations de la zone Sud.
De réseau en réseau toujours en lien avec le BCRA, il attire l’attention du contre-espionnage allemand et doit regagner Londres en avril 43.

A la fin 43 le Colonel Rémy le rappelle pour l’intégrer à la mission Sussex pour le renseignement militaire : nouveaux stages radio et nouvelle préparation militaire.
IL est parachuté avec André Guillebaud, son radio près de Ruffec le Château dans la nuit du 10 au 11 avril 44.

Sa mission porte le nom de Vitrail, pseudo de la ville de Chartres où il constitue une petite équipe (Louis Merly, Melle Delozocour, Mme Mermillod, etc). Plusieurs parachutages sont destinés à ce groupe qui aura la primeur d’une information capitale pour les Alliés: localiser la Division Panzer Lehr dans la région. Cette unité d’élite est très recherchée par les forces alliées et sa découverte permettra de puissants bombardements qui la ralentiront sur sa route vers le front de Normandie.

Le 10 juin 44 il remarque sur la place des Epars un regroupement allemand non-identifié et il s’approche vers les sentinelles sur la moto que lui a prêté Louis Merly.
Il est pris pour cible et reçoit plusieurs balles en tentant de fuir. Il est finalement arrêté et sera odieusement torturé par le Gestapo de Chartres.

Son réseau prend le large tandis que Jacques Voyer est fusillé à Chavannes le 27 juin à 21 ans.

Il est nommé Compagnon de la Libération en 1946
Chevalier de la Légion d’Honneur
Croix de guerre avec palmes
Médaille de la Résistance
Distinguished Service Cross (USA)
Médaille des services volontaires de le France libre

Le contact avec la famille est-il possible ? OUI
Le CEDREL dispose-t-il d'un dossier plus complet ? OUI
© CEDREL 2021
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram