Thiron Gardais

   • LIEU : salle des Fêtes
  • DATE DE L'INTERVENTION : 20 avril 2018
   • PARTENAIRE(S) : Commune

1944, des Thironnais ont pris les armes…

C’est une page d’histoire locale qui disparait lentement des mémoires. Et pourtant lorsqu’on parle de devoir de mémoire et de transmission aux jeunes générations, c’est aussi à partir de ce qui s’est déroulé ici que le message peut passer.

Dans le film documentaire d’Albert HUDE intitulé « Résister en Eure et Loir » il y a une présentation générale de ce que fût la résistance départementale : des combats bien sûr, des maquisards, des parachutages, mais aussi une répression féroce et beaucoup de victimes courageuses dans l’adversité.

En une heure trente, le réalisateur n’a pu relater toute cette période et tous ces faits d’armes dans des villages reculés et dans les forêts. Mais après la projection, il est en mesure de rappeler aux habitants de Thiron -Gardais ce qu’une poignée d’entre eux ont pris en charge : combattre pour la libération du pays.

Voici ce qu’écrivait en 1945, Jean RENAULDON, vétérinaire de La Loupe et chef adjoint du maquis de Plainville à propos de Thiron-Gardais :

« Camarades Thironnais ! je ne vous cite pas tous, mais tous vous méritez une citation, une vraie ! En invoquant nos anciens chefs, en ce début de 1945, c’est le vœu que je formule. » Et de citer quelques noms comme Gilbert Vallet l’épicier qui ravitaillait les clandestins et MM. Raux et Damas qui fournissaient le pain transporté par Mr Vinette.

>
Simon RICHARD, 42 ans en 1944 membre du groupe N°1 sous la direction d’Edgard Cahour au maquis de Plainville. C’était un sergent-chef, entré en résistance en 1943.
© CEDREL 2021
menu-circlecross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram